Entretien du bois en extérieur

Le bois est un matériau naturel dont il convient de prendre soin pour qu’il dure le plus longtemps possible.

Si les ouvrages de charpente ou de structure ont une fonction statique sur laquelle l’usager ou le maître d’ouvrage n’ont que peu d’influence, il n’en est pas de même des bardages ou des ouvrages rapportés en façades, des terrasses ou des aménagements extérieurs, avec lesquels l’usager est en contact et dont il peut influencer le vieillissement.

A/ Recommandations communes

Certains risques sont communs à tous les ouvrages bois exposés en extérieur et donnent donc lieu à des recommandations d’ordre général, communes à tous les ouvrages.

Recommandations normatives

Pour optimiser la durée fonctionnelle

  • Respecter la classe d’emploi initiale du bois. Une évolution de l’environnement du bois (végétation, exposition, ombres…) et de son exposition à l’eau peut être néfaste au matériau si elle n’a pas été anticipée lors du choix initial du produit.

Végétation trop proche d’une façade accentuant l’humidité ambiante en partie basse © Idéobis

  • Ne pas couper ni percer les bois traités au risque de rompre la barrière de protection et de créer un point d’entrée pour les champignons.
  • En zone infestée par les termites (cf. www.termite.com), maintenir en bon état les barrières physiques et renouveler si nécessaire les barrières chimiques et/ou le traitement des bois (se référer aux recommandations du fournisseur). Autant que possible, permettre le contrôle visuel des pièces de bois.

Bonnes pratiques

Pour optimiser la durée fonctionnelle

  •  Limiter au maximum l’exposition à l’eau et les stagnations d’eau
  • Examiner régulièrement les zones du bois les plus humides (avant l’automne et après l’hiver par exemple). En particulier, examiner les assemblages qui sont généralement les lieux de stagnation de l’humidité.
  • Débarrasser régulièrement les ouvrages des feuilles mortes, mousses et autres déchets susceptibles de les maintenir humides, de masquer la lumière et d’empêcher l’air de circuler.
  • Surveiller les fentes du bois en période humide. Celles-ci ne sont pas censées apparaître et encore moins augmenter, sauf si le bois a été mis en œuvre trop humide. Dans ce cas, les fentes peuvent devenir des pièges à eau et il convient alors de protéger le bois à ces endroits avec un produit de préservation ou un produit hydrofuge.
  • Protéger les bois de bout des eaux stagnantes (cas des sommets de poteaux notamment) par un capotage ou un usinage en biais.

  • Laisser la base des poteaux libre et bien ventilée.

Pour optimiser la durée d’aspect

  • Ne pas rapporter d’éléments sur les structures en cours de vie de l’ouvrage.
  • Tout élément amovible qui masque le bois doit être retiré ou régulièrement déplacé car il influe sur l’évolution d’aspect du bois.
  • Éviter le contact direct avec la végétation. Ne pas faire pousser de plantes grimpantes sur des structures en bois.
  • Laisser les bois les plus dégagés possible pour qu’ils soient bien ventilés.

Modification de la couleur : le grisonnement

Lorsque le bois n’a pas de traitement de finition, il change de couleur. À l’intérieur il jaunit et en extérieur, il prend une teinte grise, plus ou moins foncée.

Les facteurs naturels du grisonnement sont l’exposition à la lumière, le contact avec l’eau et le contenu de l’air (poussières, spores de champignons, huiles, métaux, pollutions…).

Dans la plupart des cas, le grisonnement ne signifie pas une dégradation en profondeur du bois. Il ne faut pas confondre grisonnement et perte d’intégrité biologique.

Le grisonnement peut être évité par l’application sur le bois d’une finition ou d’une protection hydrofuge et anti-UV mais tous les systèmes de ce type nécessitent une maintenance régulière.

B/ Bonnes pratiques pour l’entretien des bardages

  • Prendre des dispositions pour que les entrées d’air hautes et basses ne soient pas obstruées au cours de la vie de l’ouvrage.
  • Pour les bardages ayant reçu une finition, celle-ci nécessite une surveillance accrue car la finition joue souvent un rôle dans l’intégrité biologique du bois.
  • Vérifier régulièrement l’état des fixations.
  • Prendre des dispositions pour éviter les chocs répétitifs (ballons, pare-chocs de voiture, vélos, etc.) qui, à la longue, peuvent endommager le bois et le faire vieillir prématurément.
  • Contrôler le développement des végétaux, au pied d’un bardage ou devant les façades bois. Les tailler suffisamment de manière à ce qu’ils ne créent pas de zones d’ombre sur le bardage, qu’ils ne soient pas en contact avec celui-ci, et qu’ils se tiennent à plus de 20 cm du bois.
  • Un nettoyage régulier des façades bardées de bois est conseillé. Particulièrement pour les bois peints sur lesquels la saleté est plus rapidement visible et peut même nuire à l’état de la finition. Le nettoyage à haute pression est à proscrire.
  • Ne pas hésiter à enlever quelques lames si nécessaire pour examiner les ossatures supports (tous les 20 ans par exemple).

Bardages avec finition :

Il ne faut pas confondre les traitements de finition (lasure, peinture, …) qui préservent l’esthétisme du bois mais demandent un entretien ; et les traitements de préservation qui confèrent une durabilité à des essences non naturellement durable mais qui n’empêchent pas le grisonnement.

  • Les bardages lasurés : Ils sont utilisés pour conserver la couleur originelle du bois dans le temps. Pour conserver cet aspect lasuré, il vous faudra décaper puis dépoussiérer et enfin lasurer votre bardage en deux couches. Cette opération sera à renouveler tous les 5 à 10 ans en fonctions des régions et de la qualité des lasures. Sachez aussi qu’il existe aujourd’hui des lasures pigmentées qui permettent de donner une teinte colorée au bois tout en gardant le veinage apparent.
  • Les bardages peints : Les bardages à peinture opaque nécessitent un entretien moins régulier que les bardages lasurés. Certaines peintures sont garanties entre 15 et 20 ans, pour cela privilégiez les bardages pré-peints en usine. Une fois ce délai dépassé, il vous faudra décaper, dépoussiérer puis appliquer la peinture en deux couches.
  • Les Bardages huilés : L’huile permet comme la lasure de conserver la couleur de votre bardage bois. Il nécessite cependant plus d’entretien car vous devrez huiler vos façades tous les 2/3 ans.

C/ Entretien des platelages et terrasses

  • Ne pas entraver la circulation de l’air sous le platelage.
  • Ne pas obstruer les interstices entre les lames.
  • Ne pas entraver le libre écoulement de l’eau sur le sol sous le platelage.
  • Maintenir les lambourdes sans contact direct avec le sol.
  • Les fixations ne doivent pas être enfoncées dans le bois au point de devenir des pièges à eau.
  • Lorsqu’une lame fend, la remplacer au plus vite car la fente devient un piège à eau et entraînera rapidement la dégradation fonctionnelle du bois.
  • Lorsqu’une lame se déforme en creux, elle peut devenir un point de rétention de l’eau et même un risque pour l’usager qui peut trébucher sur les bords relevés. La remplacer dès que possible.
  • Lors de la disposition sur un platelage d’une charge fixe importante, vérifier que celle-ci est compatible avec le montage effectué et les bois utilisés.
  • Ne pas laisser trop longtemps un élément de mobilier ou de décoration au soleil sur un platelage car il se créera une trace à l’endroit où le bois ne reçoit pas la lumière.
  • Les lames rainurées sont des pièges à saleté. Si elles ne sont pas régulièrement nettoyées, elles contribuent au mauvais aspect du platelage et accentuent son caractère glissant lorsqu’il pleut.
  • Ne pas hésiter à enlever quelques lames si nécessaire pour examiner les ossatures supports (tous les 10 ans par exemple).
  • Nettoyage régulier, de la même manière qu’un sol en éléments minéraux. Attention car dans le cas d’un platelage en bois, l’absence de nettoyage conduit inévitablement à un platelage très glissant en période de pluie. Une attention particulière sera accordée aux zones ombragées et aux zones les plus fortement exposées à l’eau (pluie directe mais aussi ruissellement et écoulements divers). Éviter le nettoyage avec un nettoyeur à haute pression car cela fait sauter les fibres de bois, l’eau s’infiltre et stagne dans les creux.
  • Lorsqu’un platelage ne peut être suffisamment entretenu et qu’il est jugé trop glissant par temps de pluie, il est recommandé d’installer un dispositif antidérapant (bandes rugueuses).

Il peut être tentant d’appliquer une finition sur un platelage pour en conserver la couleur d’origine. Néanmoins, pour les platelages à fort trafic, cette solution n’est pas recommandée car la finition va s’user de manière précoce aux endroits de passage et, comme il n’est pas aisé de rénover correctement une finition par une application locale, un ponçage ou décapage de toute la surface sera souvent nécessaire.

Atlanbois
Bâtiment B
15, boulevard Léon Bureau
44200 Nantes cedex 02
Tél. : 02 40 73 73 30
Plus d'infos